Nouvelles et autres fictions

Histoires courtes non éditées en danois et en français

Fiction

Le passage des pluies

Cet événement réel s'est produit l'autre jour lorsque je suis rentré chez moi après avoir passé avec succès mon examen d'anglais. Si c'était un Dieu qui avait organisé cela, il était bien placé. Mais je ne crois pas aux Dieux, alors ... de toute façon. Il s'agit d'une histoire vraie.

J'étais heureux. Il pleuvait. Un orage était passé sans tonnerre. Juste de la grêle et de la pluie. Si vous vivez à Copenhague, vous savez quel jour d'avril 2016 c'était. J'étais sur le point d'ouvrir ma porte vers la rue quand j'ai remarqué un homme qui se tenait à quelques mètres ; ou plutôt il marchait lentement. Il avait l'air de sortir d'une machine à remonter le temps et d'être venu ici directement depuis des guerres quelque part.

J'attends qu'il me rattrape. Il m'a regardé. Je l'ai regardé. Il pleuvait ; au loin, le soleil lorgnait à travers les cieux. L'eau coulait dans mon cou. Nous étions tous les deux trempés et dégoulinants. Il ressemblait à un fantôme. J'avais mes derniers billets dans ma poche. Je les ai sortis et mis dans sa main
— Voilà, c'est un cadeau, ai-je dit.
Je savais qu'on ne pouvait pas simplement donner de l'argent à un homme, même s'il était dans le besoin. Ce serait une humiliation et un signe d'irrespect. Mais je pouvais lui donner un cadeau, ou prétendre qu'il les avait perdus ; que c'était en fait le sien.

Il était très triste. Sa vision était la plus sombre que j'ai jamais vue. Il était dans une profonde obscurité. Je ne peux pas dire à quel point. Ses vêtements étaient vieux et usés, mais semblaient avoir été en meilleur état. Il tenait dans sa main un morceau de papier plié et humide. Il me l'a montré. Il a marmonné quelque chose à propos de la police. C'était en français  Vous avez le droit ...  et détaillait ses droits d'appeler ses proches.

Il n'a pas dit grand chose, et je ne pouvais pas faire beaucoup plus. Ou plutôt je ne ferais pas beaucoup plus, même si je me sentais mal à propos de cela. Je donne beaucoup quand je travaille dans la rue. Je n'avais plus rien à donner ce jour-là. Je craignais aussi ses visions. J'étais sur mes gardes. Ce n'était certainement pas un ivrogne, ça se sent. Mais il pouvait être un soldat ; il pouvait être un drogué. Je connais ce genre de personnes : une fois qu'elles sont au chaud et se sentent bien, elles deviennent abusives et potentiellement dangereuses. Je ne suis pas un héros ou un sage moine bouddhiste, je suis un lâche ; juste un gars qui essaie de s'en sortir comme tout le monde. J'étais sur mes gardes devant la porte de ma maison. De plus, mon domicile est l'endroit où je travaille.

Je dois expliquer un peu plus ; quand je suis arrivé dans ce quartier, les fenêtres vers les rues étaient généralement recouvertes de tissus noirs ou autres tissus non transparents. Cela donnait au quartier un aspect inamical non accueillant. Comme si les gens avaient peur de ce qui passait dans la rue. Et les gens avaient peut-être même une raison pour cela. Même si le quartier semblait assez paisible, un homme a été assassiné à l'extérieur du pub local, à quelques mètres de là, alors que je vivais ici. Et un malheureux jeune homme perturbé, armé d'un fusil d'assaut de l'armée, a eu une fusillade, tuant un innocent et en blessant plusieurs, à quelques rues de là. Mais j'ai décidé de démolir la couverture et de planter des citronniers et des palmiers dattiers, et ainsi de suite. J'ai placé mon bureau de travail juste en face de la fenêtre pour que les gens qui passent puissent me voir travailler tous les jours. Je ne me cache pas et la fenêtre est maintenant fleurie de roses et de jeunes arbres. Je n'avais jamais eu de problèmes même pas avec les adolescents des écoles qui passent tous les jours.

Mais j'étais inquiet d'inviter cet homme à entrer. Je m'inquiétais des guerres ou de l'agitation dans son esprit. Je ne pouvais pas l'aider, mais en même temps, je sentais que je devais le faire. Je suis bouddhiste, du moins je le pensais. Si je l'avais été, je me serais occupé de lui, mais je ne le suis pas. Ou du moins, je n'ai pas assez étudié. J'ai encore besoin de comprendre quelque chose que je n'arrive pas à comprendre.

Nous étions debout sous la pluie. Je lui ai pris dans mes bras brièvement et je disais
— Regardez en haut, le soleil brillera à nouveau. Il brillera aussi sur toi. Parle avec tes ancêtres. Fais-leur face ; eux aussi voudront que tu retrouves le soleil, la lumière.
Je savais que je ne pouvais pas l'accompagner au commissariat et l'aider à prendre un avocat car alors cela deviendrait mon projet, mon problème. Je serais aussi tenu pour responsable. J'en ai eu assez de ce monde là et maintenant. J'ai regardé le monde dans son ensemble ; j'ai vu huit milliards de personnes rampant dans la terre et l'eau à la surface d'une sphère de roche cristallisée, au-dessus du feu, dans un immense espace vide de poussière, de glace et d'intenses radiations aveuglantes. J'ai vu comment chacun de ces humains se tirait et se poussait sans relâche pour attirer l'attention. J'ai vu que dans ma vie, mon travail est maintenant un combat entre moi et la nature et non entre moi et le destin des humains. Parce que c'est arrogant de ma part de penser que je peux résoudre les problèmes que les humains se mettent sur eux-mêmes.

Nous étions debout sous la pluie en tenant une poignée de main ferme comme deux hommes. Se regardant dans les yeux sans détourner le regard ni cligner des yeux (c'était la situation réelle). J'ai fait un geste, j'ai pris son bras inférieur avec mon autre main pour le rassurer. Mais sinon, nous sommes restés immobiles et nous n'avons pas beaucoup parlé. Il a dit qu'il venait du Mali, et a demandé où il pouvait rencontrer le Danois. Je lui ai dit que ce serait difficile, parce que les Danois sont reclus et ont une forte peur intérieure qui éclate soit dans une intolérance obstinée, soit dans des comportements de supplication au-delà de la raison. Et les deux sont irrespectueux du fait que nous sommes simplement des humains. Ou j'aurais aimé dire cela, car c'est ce que j'ai raisonné ; mais je n'ai rien dit. Nous nous tenions juste la main dans cette poignée de main prolongée entre hommes debout sous la pluie ; moi devant ma maison fermée à clé, lui à des kilomètres de sa patrie.

Il avait l'air d'un soldat, mais je peux me tromper. Il était trop vieux pour être un soldat. Mais il était clair d'après ses visions sombres qu'il portait en lui une expérience horrible. Il pouvait aussi être un homme riche sous l'emprise de la drogue. Lorsqu'il a essayé de lire le journal que la police lui avait apparemment donné, il a fouillé dans sa poche intérieure pour trouver une paire de lunettes. Ces lunettes étaient beaucoup plus chères que celles, bon marché, que j'avais moi-même. Toujours avec les lunettes sont tombées deux cigarettes de marques différentes. Il les avait ramassées, ou il les avait reçues de personnes comme moi. Payant nos dettes de mauvaise conscience avec des cigarettes et de l'argent aux gens de la rue. Il ne les avait pas achetées. Même là, il m'a offert de l'argent. Pour prendre un avocat. Je lui ai dit que je ne le ferais pas. Je lui ai dit d'aller trouver son chemin dans la vie.

Nous nous tenions debout dans la pluie qui cessait lentement. L'eau s'égouttait de nous tandis que le soleil jetait un coup d'œil derrière les nuages d'un bleu profond et sombre.
— Quel est ton nom ? a-t-il demandé
— Michael, toi ?
— Muhammad, a-t-il répondu. Nous nous sommes tenus un peu comme ça.

Il s'est ensuite tourné, en hésitant, et s'est éloigné. Il était noir, j'étais blanc. Maintenant, nous sommes tous les deux gris de poussière, de froid et de pluie. Seulement deux sur maintenant ce moment même sept milliards quatre cent vingt millions de personnes qui a besoin de quelque chose de tout le monde chaque jour.

Loop

Han læste begyndelsen, og faldt så i staver. Blev en smule ærgerlig, læste så begyndelsen igen, og faldt atter i staver. Han sukkede, bladrede lidt på må og få i bogen, vendte den, læste bag på, igen, så på bindet, og lagde den så fra sig. Han havde lyst til at læse den. Han læste begyndelsen, og faldt atter i staver. Han nåede en smule længere denne gang! Kun en halv side var der til det nærmeste naturlige afsnit, han havde tabt tråden dog, og læste begyndelsen forfra. Han stoppede, og bladrede igen på må og få, kiggede på slutningen, det gav ikke mening. Han havde lyst til at læse bogen. Han læste begyndelsen, og faldt så i søvn. Klokken var næsten 4, da han vågende, det gryende dagslys, og fuglene, havde vækket ham. Han havde lyst til at læse bogen. Han læste begyndelsen, og skulle på toilettet.

Kan det vente, at barbere sig? - han betragtede sit spejlbillede. At man stadigvæk bliver overrasket, og vil rette på noget, efter mange år?

Barbering kunne vente mente han. Han havde lyst til at læse bogen, og begyndte forfra, læste begyndelsen igen. Denne gang meget omhyggeligt, med fingeren ud for hver linie. Han var der næsten, da han forstod han havde glemt begyndelsen; han kunne kun huske den sidste side. Han bladrede tilbage, med fingeren som bogmærke holdt han pladsen, det vundne territorium skulle ikke tabes, og læste begyndelsen igen. Han faldt i staver. Og måtte tage det hele forfra mente han. Han sukkede vredt, rejste sig. Han havde lyst til at læse bogen. "Måske skal jeg lidt ud?!" tænkte han ved sig selv. Han gik, luften var frisk, han gik den samme tur, som altid, luften var frisk, og han kom tilbage, mens den stadig var frisk. Han hængte jakken på plads. Og læste begyndelsen igen, han greb sig i at stirre apatisk på billederne. På billederne? Hans tanker måtte igen være vandret, der var ingen billeder i bogen. Han må have døset, morgentræt, drømt en smule. Han havde drømt noget af bogen, den var god husker han. Han havde lyst til at læse bogen. Han læste begyndelsen igen, og denne gang for at sikre sin fulde opmærksomhed, oversatte han det til fransk, og læste højt. Sådan tænkte han, sådan skal man gøre, sådan gør man! Den var ikke lige så god på fransk som det han havde drømt, det irriterede ham, hvordan kan det han måtte have drømt ikke være med i bogen, det burde det, det var mere spændende. Han stoppede, det var den drømte udgave han måtte vide hvordan endte! Pokkers, tænkte han, han lagde bogen fra sig. Hvad nu?! Han prøvede at huske, gik lidt omkring, og greb så en bunke papir, og begyndte at skrive. Noget med, tænkte han, noget med en bog, ja det var det! Han skrev Han læste begyndelsen, og faldt så i staver.

La démonstration de Caroline

Quentin leva les yeux du papier en tournant méticuleusement la dernière page en le posant soigneusement à l'envers sur la petite pile sur son bureau. Il hésita puis prit la parole avec précaution

— Caroline ; es-tu en train de dire ; si je comprends bien ton article ? Vous dites donc que l'univers, en tant que tel, est juste une machine à faire évoluer la vie ? Qu'en dehors de cela, le reste n'a pas d'importance ? il fixe Caroline sans trop savoir quoi en penser. Puis il continua
— Je veux dire, comme vous l'écrivez, et je vous cite,  un univers est donc, comme cela est montré en 22.2.3, le moyen le plus rapide et le moins complexe de créer des formes de vie autonomes, et en particulier, comme le montre le 23.1.2, l'intelligence. 

Caroline ne parlait pas, elle lui rendait son regard curieux bien qu'indiscret, souriait, attendait. Quentin a poursuivi
— Votre conclusion, alors ?

Il y eut un silence, elle hésita, légèrement surprise par la question. Elle se pencha alors en faisant remarquer que Quentin venait de la lire et sourit à nouveau....
— Oui, je sais. Mais je veux t'entendre la raconter, avec tes propres mots, a-t-il dit.
— Mais pourquoi ? Je viens de l'écrire, tout est là. A lire !
Elle a attrapé les dernières pages de la pile pleine de lumière et d'énergie féminine soulignant maintenant le texte avec ses doigts tout en lisant à voix haute
— Alors que l'Univers évolue, une quantité extrêmement importante d'énergie est laissée pour agir et réagir dans une structure en expansion et refroidissement rapide. En insérant de très petites graines de vide, nous pouvons créer des régions de vide dans lesquelles la complexité peut évoluer, un peu comme de petites particules de paille peuvent créer des trous dans un fromage suisse. Une fois qu'un écosystème avec de la vie a évolué, le reste de l'Univers est éliminé de la même manière qu'un solvant liquide est éliminé après la cristallisation d'une matière dissoute. Cela peut être observé dans l'accélération de l'expansion de notre Univers.
Et en élaborant elle continua
— nous postulons ici, en fait, que c'est la cause réelle de cette expansion accélérée. C'est tout simplement les restes de l'Univers qui sont jetés maintenant que la vie a été créée. Quelqu'un est en train de tourner le verre contenant notre Univers, et de le déverser à travers une sorte de filtre pour ainsi dire. Une fois ce processus presque achevé, la plupart des formes de vie sont là depuis suffisamment longtemps pour développer des idées et se déplacer. Tandis que les retardataires, plus que la vie accidentelle, risquent d'être éliminés éventuellement ; au moins cela suit dans l'analogie à moins que l'évolution de la vie soit mutuellement exclusive. C'est essentiellement une recette, vous voyez ? Pour faire la vie, vous avez besoin de diverses saveurs de la matière, pour créer cela, et l'énergie, vous avez besoin d'étoiles, et ainsi de suite ... ? elle a pointé le tas, et a déconné un peu pour en quelque sorte lui dessiner l'ensemble du tableau.
— tu vois ? C'est juste ce que c'est. Et maintenant nous avons prouvé mathématiquement que c'est en fait la façon la moins complexe dont vous pouvez faire cette chose à partir de zéro du tout.

Quentin était stupéfait ; pas tout à fait heureux, ni triste, plutôt sous le choc. L'article avait vraiment l'air très solide, mais d'un autre côté ses conclusions étaient si farfelues qu'ils ne pourraient jamais le publier ; je veux dire, sérieusement, ils ne pourraient pas. Et pourtant, il s'est dit : Si c'est vraiment le cas. Je veux dire, si... si cela, si c'est réellement ce à quoi nous avons affaire ?

— Alors, Caro, nous sommes seuls dans cet univers et ce que l'avenir nous réserve, et que nous devrions chercher, c'est quand, comment et où nous devrions nous déplacer ?
— Non, dit Caroline, en fait non. Nous devrions déterminer, au moins dans un premier temps, nous devrions travailler pour savoir si nous sommes venus en premier, c'est-à-dire, je veux dire, c'est important ! Car sinon, nous risquons de faire partie de la matière mise au rebut ; les étoiles de la vie ont peut-être quitté la fête pour ainsi dire...
— Mais qu'importe si nous sommes des restes ? Il y a plein de place dans cet univers tel qu'il est? Quentin se sentait inférieur ; il avait peur, il avait tendance à décider de la peur c'était sa grande tragédie dans la vie. Il n'a pas osé publier l'article de Caroline, intérieurement il savait qu'il lui faisait une grande injustice, qu'elle travaillait mieux que lui et méritait d'être publiée. Mais sa peur l'en empêchait. Il se sentait triste à l'intérieur et essayait d'être rationnel à ce sujet, mais il savait qu'il faisait le mauvais choix. Si pour une fois ... il pouvait peut-être oser, se libérer ?
— Oui, Caroline le regarda, maintenant assez sérieuse
— mais es-tu déjà mort ?
— Qu'est-ce que tu veux dire, non, suis-je mort ? non, je ne suis pas mort ? !
— Moi non plus, et qui, quoi, sont nous ? En nous, dans nos gènes sont des structures vivantes, l'ADN, la vie, toi, ton ADN vivant, n'a-t-il pas vécu encore et encore et encore Quentin ! ? A travers les mutations, les espèces, de mère en fille, de père en fils, d'arbre en branche, de serpent en serpent, et ainsi de suite ? Tu n'as pas 36 ans et tu n'es pas père de deux enfants, non, toi et tes enfants avez des milliards d'années ; et moi aussi. Aucun d'entre nous n'est encore mort ; pas un seul jour ne s'est écoulé où votre ADN ne s'est pas divisé, n'a pas travaillé, n'a pas existé, n'a pas vécu et vibré. Pensez-y. Vous êtes une fleur occasionnelle sur une branche de plusieurs milliards d'années, gluante et éclaboussante, d'ADN humide ininterrompu contenant de la matière vivante. Des milliards d'années, la racine de votre ADN, ses origines, peut-être même les atomes réels, n'ont jamais été secs, stériles ou transformés en radiations. Devenir les débris de cet univers et mis au rebut est une mort sombre et sinistre après des milliards d'années de vie ici, vous voyez ? C'est pour ça ! C'est notre situation difficile !

Quentin s'est tu.

— Alors, c'est-à-dire que des milliards, voire cinquante milliards d'années, c'est une vie humaine ? C'est ce que vous voulez dire ?
— Peut-être pas humaine mais la durée de vie, l'horizon, de la vie, du vivant, alors oui, alors même cinquante milliards d'années, c'est une échéance à respecter, un lendemain à gérer, pour nous.

Venteværelset

Min veninde Beatrice fra Lyon, et par kammerater, hvis navne er irrelevante for historien, og jeg selv, sidder og venter i et venteværelse et sted i Skandinavien, på en helt almindelig anonym hospitalsgang. Bemærkelsesværdig ved netop ikke at være noget særligt overhovedet.

Med et udbryder en af os, måske var det mig?

Når vi sidder her, så tænker jeg: Dette venteværelse det eksisterer, det findes, det er et sted i universet, vi sidder i det, og det ser sådan ud. - en hånd vifter lidt rundt, som for at illustrere det sagte.

Ikke dårligt, udbryder Beatrice eftertænksomt.

Ja ikke, jeg nikker glad.

Man ser det ligesom i andet lys ikke? fortsætter en tredje.

Hmm hmmm om det var mig, eller den fjerde, der brummede, skal jeg ikke kunne sige, men vi blev med et mere opmærksomme, som var vi netop landet på en fremmed planet.

Vi så os omkring, og kiggede på hinanden. Der sad desuden nogle andre, som vi ikke kendte. De sad der også, og kiggede på os, men prøvede at lade være. Kiggede op, eller til siden, ned på deres sko, foregav pludselig interesse for væg og loft, eller en informationstavle om hjerneskade.

Jo, bestemt, et andet lys, man ser det på ny, på en måde! fortsatte Beatrice, med sin let syngende franske accent, uimodståeligt forførende, må jeg erkende.

Den ligblege væg der, for eksempel, med de giftigt blå mønstre, jeg tænker på, hvorfor har nogle villet at den skulle se sådan ud? fortsatte jeg.

I et andet lys end neon plasma fra lysstofrør ville den måske virke mindre giftig, måske så den designet og elegant ud på arkitektens computer skærm? siger min kammerat analytisk, han var teknisk minded, god til værktøj.

Det er en øjenafdeling. konstaterer en.

Giftig er vel ikke bedre for blinde? indvender jeg.

Man kommer her for ikke at blive blind, måske går man blind ud. Men når man sidder her, og venter, da er man endnu ikke blind jo!? fortsætter teknikeren nervøst, han var lidt trykket, han var årsagen til at vi sad her.

Nej, måske ikke, svarede jeg beroligende, og gav hans arm et distræt kram. Samtalen interesserede mig, så mine tanker var et andet sted. Han kiggede en anelse uroligt tilbage.

Ja, ja, ja, det kan vel være,forsatte Beatrice

men at vi sidder her, i et lukket rum, et overskueligt sted, og ser på de stole der med blåt kunstlæder og lyst træ, uret i gangen og Jeres vens giftigt blå designs...? hun havde nærmest overtaget min tanke, og gjort den til sin nu, og ville fortsætte, da jeg måtte korrigere :

Det er ikke min ven, måske kollega, en indretningsarkitekt, en som fandt på det.

Er du indretningsarkitekt??? udbryder den fjerde mand pludseligt interesseret.

Nej, men i denne sammenhæng er jeg vel. replicerer jeg.

Det er ellers død sexet. tilføjer han muntert.

I denne sammenhæng, her, er sexet ikke netop det, der falder en ind, fag uanset, forsatte jeg lettere irriteret.

Du var ellers optaget af, hvorfor han har villet at det skulle se sådan ud? han skulle blive ved, han var filosof.

Som sagt, i dette aspekt, formoder jeg at jeg kan kalde mig kollega, men ellers, det er ikke min ven, jeg kender ham ikke, jeg ville gerne tilbage på sporet, og ser mig om efter opbakning.

Eller hende!

En kvinde ville male den designer pink og puke blå-grøn, mener min teknisk mindede kammerat at vide.

Måske, Beatrice ignorerer distræt den drejning samtalen havde fået, og fortsætter henvendt til mig Jeg kan godt lide dit spørgsmål : hvorfor ville han at det skulle se sådan ud? Med det kan man sabotere enhver kunstners præsentation. Spørgsmålet om vilje, om man kan kunne ville et bestemt udtryk, eller om det er funderet i personen så tæt at det ér, og ikke kan villes? dette var en helt ny diskussion jo, egentlig, så jeg tog mig sammen, og talte det hele tilbage til mit udgangspunkt igen.

Altså, hør nu, prøv at følge mig i dette! At vi sidder her, og ved at dette sted findes, at det ser sådan ud, får mig til at tænke på, hvordan de andre steder i universet ser ud? Og endvidere at betragte dette sted med forundring, som de sidste scener i filmen rumrejsen år 2001. Filmen I ved, den der af Stanley Kubrick.

Det er rigtigt! Pludseligt virker det fremmedartet, mystisk, og måske en smule skræmmende, Beatrice var helt med nu.

Og hvem ved om der er et andet sted, der ligner, langt borte? Langt længere borte end nogen kan forestille sig det? fortsatte hun.

Under alle omstændigheder er der andre steder, jeg mener, lukkede rum, afgrænsede lokaler, huller, huler, revner og sprækker i klipper, asteroider og planeter. Langt de fleste vil aldrig blive beskuet. Eller vil de? Er det en universel ret for stof, at såfremt det får indrettet sig på spektakulær vis, da vil der også straks fremkomme et par øjne, der kan se, et par hænder der kan klappe, og en episk historie, der kan fortælles under rette historiefortællende omstændigheder?

Hvad er en ret omstændighed til historiefortælling? ville teknikeren vide.

Te og stearinlys, eventuel et bål, eller til nød en kaminild, svarede jeg lettere ironisk.

Så når en vældig krystalhule er opstået tilfældigt, vil deraf følge Aladdins turban, en appelsin, te og stearinlys, samt en fortæller, der kan placere appelsinen? Beatrice spillede lidt videre på den melodi.

Og en kamin, den lille mangel tilføjedes af filosoffen.

Ja, muligvis, ellers går historien, og det spektakulære syn, jo helt tabt!? svarede jeg.

Hvad taler I om, ting kan vel ikke ses, hvis ikke der er nogen der ser. Og fabelagtige scenarier in space er vel ikke til for nogen, eller noget? teknikeren var klart stået af.

Ja! Hvad mener du med det?? spurgte nu også filosoffen.

Det ved jeg ikke, kan jeg vide, kan vi vide, hvem eller hvad, der kan se det vi ikke kan se? Jeg læste at universet som helhed næsten havde samme profil som et sort hul, at intet lys, og derved ingen information, ingen fede film, ingen te eller kaminild, ingen appelsiner kan undslippe, skulle der være et sted udenfor. Men altså kun næsten! Der var en revne, kan man sige, i horisonten. Information kan formentlig undslippe, og man kan således i princippet se hvad der sker her, udefra altså.

Hvilket også var hvad man ville være interesseret i, hvis man havde lavet et univers for sjov. Der er ikke megen sjov i at lave noget, man bagefter intet som helst kan vide om fremover, tilføjede Beatrice gådefuldt.

Mmm, Ja, det er da tankevækkende, teknikeren havde med et fået andet at tænke på. Hans nummer var blevet trukket.

Du kunne godt give den som indretningsarkitekt iøvrigt. Det move der da du talte engelsk, lækkert, lækkert, sagde jeg til ham da han rejste sig for at gå. Det var ment beroligende. Jeg var ikke god til den slags.